BIO

Enfant, il s’amuse à peindre, dessiner et décorer les murs de la maison de ses parents...
Durant sa scolarité, il est fervent du cours de croquis et de dessin, ce qui l’amène par la suite à s’inscrire à l’Académie des Beaux-Arts de Binche.
Il y entre en accédant directement à la troisième année sur un cursus global de cinq ans.
L’apprentissage de la peinture à l’huile sur toile lui permet de perfectionner son style hyperréaliste et de découvrirde nouvelles techniques comme « l’art de la griffe » qu’il exploitera sur différents supports.
Primé par plusieurs concours de peinture, il termine son cursus académique avec la plus grande distinction.
A partir des années 1990, la transition vers la sculpture se manifeste par des oeuvres et bas-reliefs en plâtre, papier et carton peints.
Néanmoins, après deux années, Alfredo est contraint d’abandonner les oeuvres volumineuses par
manque de place, il se consacre dès lors uniquement à la peinture jusque dans les années 2000.
En 1999, afin d’établir des relations simples, directes et privilégiées entre les artistes et le public, il crée à Mons l’asbl « Art-Culture » qui promotionne les artistes plasticiens.
Les activités de l’asbl et l’aménagement d’un atelier plus grand lui font quelque peu abandonner ses propres réalisations artistiques.
C’est en 2005, après un voyage en Afrique du nord, qu’il renoue prioritairement avec la création de sculptures qu’il réalise en partie en bois et en pièces métalliques de récupération soudées.
Les premières oeuvres concrètes sont notamment des taureaux, des chevaux et personnages-robots.
Sensibilisé par la surconsommation qui frappe nos sociétés industrialisées, il s’approprie une matière usuelle riche en couleurs : la canette de boisson connue de tous, compressée et mise en forme selon son concept « Transform’ArtKompress ®».
Aujourd’hui, son art monumental est principalement orienté vers la reconscientisation du public à la notion de recyclage et vers la quête de sens du rôle de l’artiste dans la société contemporaine.
 
Thierry RAGOGNA

livre d'alfredo longo